Leçons de choses Bruno Gibert

Publié le 5 Janvier 2016

Leçons de choses Bruno Gibert

Fasciné par Les leçons de choses, ces livres qui visent l’exhaustivité, la connaissance à 360º, Bruno Gibert a voulu leur rendre hommage dans un pastiche poétique, parfois philosophique et particulièrement hilarant. Car l’intention ici, est, tout comme dans Le Petit Gibert illustré, de réinventer le monde, de le chambouler, d’en faire une fiction dans laquelle le lecteur se fraye son propre chemin. Et, avant tout, de poser la question du vrai et du faux : l’information est erronée, elle est même tellement loufoque que toute confusion est impossible. Le chat est-il vraiment l’ancêtre du chien ? Non, évidemment ! Mais d’où viennent le chat et le chien ? Ces questions, comme une centaine d’autres, sont posées entre les lignes de cette Leçon de choses particulière ! Voir comment le faux interroge sans cesse le vrai, nous ramène toujours à lui, au même titre que le sérieux conduit à la farce.

À partir de 6 ans

Leçons de choses Bruno Gibert

Voici un inventaire de choses totalement loufoques: derrière une facture très sérieuse, avec un classement par élément, les vérités énoncées sont complètement erronées ! Tout commence par un planisphère absolument subjectif où le Portugal est un pays situé au cœur de la France et la Chine est perdue au milieu de la mer d’Huile… Il faudra se pencher sur tous les détails: l’avant-propos d’Albert Gibert, dit «le Petit», les pages de révisions des connaissances… Rien n’est laissé au hasard dans ce brillant glossaire de l’absurde. Le lecteur se délectera à chaque définition et expérience, mais il lui faudra maîtriser le second degré pour pouvoir l’appréhender! Bruno Gibert est passé maître dans cet art, il avait déjà bien réinventé le monde dans "Le Petit Gibert illustré".


Librairie Tire-Lire à Toulouse

tous les livres sur Babelio.com

Rédigé par Frederique Letilleul

Publié dans #Littérature jeunesse, #Albums jeunesse, #Coup de coeur

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article