La rue qui ne se traverse pas de Henri Meunier et Régis Lejonc

Publié le 13 Septembre 2016

La rue qui ne se traverse pas de Henri Meunier et Régis Lejonc

Par la verticalité de son format, ce livre annonce à la fois le décor et le thème central de l’histoire qu’il raconte: la hauteur des façades, la profondeur des rues creusent le fossé qui sépare les êtres dans l’univers urbain. Dans un tel contexte, seules les ailes de l’âme et de l’imagination permettent de conjurer la solitude.
D’une fenêtre à l’autre, dans un vis-à-vis accentué par le vide de la rue, une fille et un garçon échangent leurs pensées et leurs désirs à travers le vol des moineaux qui vont et viennent d’un bâtiment à l’autre. Leur espace commun est ainsi un royaume imaginaire qui tente de se construire par-dessus les obstacles de la réalité. Leurs regards recomposent une harmonie de couleurs que ne peut détruire la grisaille de la ville.

Elle habitait au coeur de la rue qui ne se traverse pas, fenêtre sur rue. Lui vivait juste en face, fenêtre sur elle. Entre eux deux, il y avait le vide. Entre eux deux, il y avait le royaume délicieux et gai des moineaux.

La rue qui ne se traverse pas de Henri Meunier et Régis Lejonc

Il y a certains albums en Litterature jeunesse où on souhaite qu'ils ne tombent pas dans l'oubli, que plusieurs générations d'enfants puissent feuilleter et s'imprégner d'une oeuvre intemporelle !
C'est le cas ici pour cet album atypique qui parle avec poésie et force de l'amour, la séparation et qui est sublimé par les illustrations de Regis Lejonc qui exploitent pour notre plus grand émerveillement le format original adopté par les éditions Notari.

La rue qui ne se traverse pas de Henri Meunier et Régis Lejonc

Rédigé par Frederique Letilleul

Publié dans #Littérature jeunesse, #Albums jeunesse, #Ville, #Coup de coeur

Repost 0
Commenter cet article