Les ombres que nous sommes / Sandrine Caillis - Thierry Magnier

Publié le 10 Octobre 2020

Les ombres que nous sommes / Sandrine Caillis - Thierry Magnier

Peut-on devenir un « vrai garçon », quand on se sent si différent ?

À 15 ans, Camille est passé maître dans l’art du camouflage. Sweat à capuche et éternel jean noir, il vit comme en apnée. Ces techniques de survie en milieu hostile, il les peaufine depuis son entrée dans le monde merveilleux de l’école, où on s’est toujours moqué de lui. À cause de son prénom, d’abord, qui rime avec fille. Et puis parce qu’il préférait s’inventer des aventures romanesques au lieu de jouer au foot. Mais cette année, le mur qu’il a patiemment dressé entre lui et les autres va voler en éclat. Tout commence quand on lui impose le rôle de Titania dans Le Songe d’une nuit d’été de Shakespeare, costume inclus. À l’instant où il entre sur scène vêtu d’une robe de fée, il y a comme un glissement sous-terrain, annonciateur d’un séisme d’une magnitude impressionnante. Tout à coup le charme est rompu : Camille n’est plus invisible aux yeux des autres. À tâtons, il explore alors sa féminité, sa masculinité, se confronte à l’attraction qu’il produit chez Zoé, mais aussi chez Timothée, et se heurte à la répulsion qu’il inspire à d’autres.

Ce premier roman décrit le parcours d’un garçon aux prises avec les blessures de l’enfance et les incertitudes de l’adolescence. Faisant la part belle au théâtre, il explore les différents rôles que nous sommes amenés à jouer au sein de la société. La fin de ce texte, lumineuse, amène Camille à réaliser que cette sensibilité qu’il pensait repoussante, anormale, est au contraire sa plus grande force.

Dès 13 ans

Les ombres que nous sommes / Sandrine Caillis - Thierry Magnier Les ombres que nous sommes / Sandrine Caillis - Thierry Magnier

Un coup de cœur pour ce premier roman qui parle avec des mots justes tout en douceur des premiers émois amoureux de Camille, un jeune de 15 ans. Dans ce récit tout devrait résonner chez le lecteur, la réalité des émotions, les interrogations autour de la question de l’attirance masculine, féminine....et ceci avec une voix du héros qui sonde les questionnements de sa bisexualité avec simplicité, naturel et au plus prêt de ce que peuvent vivre les ados aujourd’hui. La place que joue le théâtre dans son affirmation identitaire est très intéressante et confortera certainement plusieurs lecteurs dans leur quête d’affirmation de soi. D’ailleurs ce premier roman est déjà plébiscité par un premier prix, le prix cendres qui dénote son caractère détonnant dans l’ensemble de la production éditoriale. 

Les ombres que nous sommes / Sandrine Caillis - Thierry Magnier

Rédigé par Frederique Letilleul

Publié dans #Adolescence, #Litterature jeunesse, #Roman, #premier roman, #Coup de coeur, #societe

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article